Une légende du surf parrain des mondiaux 2017 !

71790240-57d0-482e-9e58-8396fb039b07.jpg

9026d660-daf8-4b0f-9de8-c1ffef4b483d.jpg

Tom Curren (à droite) avec Jean-Luc Arassus, le président de la Fédération Française de Surf, sur la Grande Plage de Biarritz, site principal des Mondiaux 2017. (Photo FFS)

Triple champion du monde WSL et triple champion du monde ISA, l’Américain Tom Curren (52 ans) est le parrain des ISA World Surfing Games 2017, les championnats du monde de surf des nations, qui auront lieu du 20 au 28 mai à Biarritz – Pays Basque.


Tom Curren : « Je suis honoré d’être le parrain des Mondiaux 2017 en France »

9649a697-a55b-4347-b1aa-4aa7c6fcbe71.jpg

Q – Vous avez été choisi par le comité d’organisation pour être le parrain des championnats du monde 2017 en France. Comment avez-vous accueilli cette demande ?
Tom Curren –
Ça représente vraiment beaucoup pour moi. Je suis très honoré d’être le parrain de ces championnats du monde. J’ai passé beaucoup de temps en France et particulièrement à Biarritz. C’est une invitation que j’ai accepté immédiatement.

Q – Que représente justement pour vous Biarritz et la France ?
TC – Comme je l’ai dit, ça représente beaucoup. La première fois que je suis venu ici, je faisais partie de l’équipe américaine pour les championnats du monde, c’était en 1980. C’était mon premier déplacement, ma première sélection. Ça avait été une grand moment pour moi ! Il y avait de grosses vagues à la Grande Plage de Biarritz et un monde fou pour regarder le spectacle. Il y avait des gens sur la plage, sur le parking, à tous les étages des immeubles alentours. J’avais gagné en junior (finale sur le spot des Cavaliers, ndlr) et fait 3e en Open. C’était vraiment incroyable.

Q – On sait que vous appréciez particulièrement notre pays…
TC – Oh oui ! J’ai passé beaucoup d’années en France. Je me souviens très bien de tous les entraînements ici, à l’époque où je débutais ma carrière. Je vais vous confier quelque chose : j’ai appris à surfer les gauches en France. Si on a de belles droites en Californie, les gauches sont moins bonnes. C’est en France que j’ai appris à surfer de dos ! Je viens ici depuis très longtemps, bientôt 30 ans. J’y ai des amis et de la famille. J’ai rencontré Marie-Pascale (son ex-femme, ndlr) en 1982 et nous nous sommes installés en France.

Q – Vous avez participé à plusieurs ISA World Surfing Games, gagné trois titres individuels et un titre par équipes. Quel regard portez-vous sur ces championnats du monde ?
TC – Dans les années 80, les ISA étaient la compétition que l’on devait faire avant de passer sur le tour professionnel. C’était un passage obligé. Je les ai faits en 1980 à Biarritz (vainqueur en junior et 3e en Open) et en 1982 en Australie (vainqueur en Open). Désormais, les amateurs et les pros peuvent tous y participer. Cette épreuve permet à tous de concourir pour son pays. C’est une très bonne chose.

Q – Que pensez-vous de l’entrée du surf aux Jeux Olympiques ?
TC – On se demandait pourquoi le surf n’y était pas auparavant. C’est un véritable sport. Ce n’est pas quelque chose… d’autre. C’est un sport ! Il mérite sa place aux Jeux Olympiques. Quant on voit les surfeurs s’entraîner, ils travaillent autant que tous les autres athlètes. Il connaît aujourd’hui une immense popularité dans le monde entier. Le surf est universel. Il y a un très grand nombre de pays qui sont représentés lors des championnats du monde ISA. Je pense qu’une grande majorité de surfeurs est heureuse que le surf soit un sport olympique. Moi, je suis heureux.

Q – En tant que parrain des ISA World Surfing Games 2017, quel message allez-vous faire passer aux surfeurs professionnels du monde entier ?
TC – Je vais être ici pour regarder la compétition et j’aimerais bien que les meilleurs mondiaux soient présents pour que je puisse voir un beau spectacle. Donc, les gars, merci de venir en France ! Il faut que les meilleurs de tous les pays viennent ici. Sinon, ce sera encore les Brésiliens qui vont tout gagner et, même si c’est beau ce qu’ils font, on en a un peu marre que ce soit eux qui gagnent tout le temps (rires).


Tom Curren en bref
: le 3 juillet 1964
A : Newport Beach, Californie
Nationalité : Américaine
Résidence : Santa Barbara, Californie
Palmarès : 3 fois champion du monde ASP (ex-WSL) en 1985, 1986 et 1990 ; 3 fois champion du monde ISA (1980, 1982 et 2011) ; champion du monde des nations ISA avec les Etats-Unis (2011) ; vainqueur de 33 étapes CT

4bc2707d-2518-4068-a4ce-e4a62b71e120-1.jpg

Biographie
Tom Curren (52 ans) est un des plus grands surfeurs de tous les temps. Sextuple champion du monde (3x ISA et 3x WSL), l’Américain a révolutionné le surf dans les années 80 avec un style à la fois fluide et très engagé. Champion du monde junior en 1980 à Biarritz, Curren entretient une relation privilégiée avec le Pays Basque où vivent ses enfants Lee-Ann et Nathan.
Tom Curren est né le 3 juillet 1964 à Newport Beach, en Californie. C’est son père, Pat Curren, un des pionniers du surf à Hawaii dans les années 50, qui lui a transmit la passion du surf. Il est considéré comme un des trois plus grands surfeurs de tous les temps avec ses compatriotes Kelly Slater et Andy Irons.
Curent a inspiré des générations de surfeurs et continue encore à attirer des fans. Il fut le premier à professionnaliser le surf avec une approche de très haut niveau de son sport. Il a sans cesse chercher à travailler le shape de ses planches pour faire évoluer sa glisse. Après avoir passé sa jeunesse sur les longs point break californien, Curren a perfectionné son surf de dos (sur les gauches) en France et fait de son roller backside l’un des plus beaux de tous les temps.
Après avoir gagné deux titres mondiaux chez les amateurs en 1980 (juniors) et 1982 (Open), Curren se lance sur le circuit professionnel ASP qu’il va dominer durant une décennie avec 36 victoires et trois titres mondiaux en 1985, 1986 et 1990.
Marié à Marie-Pascal Delanne, une surfeuses française originaire de Biarritz, il s’installe dans le pays basque où il vivra plus d’une dizaine d’années. Le couple aura deux enfants, Lee-Ann (membre des équipes de France de surf) et Nathan, avant de se séparer.
Vainqueur du Lacanau Pro (1986, 1990), du Pro Hossegor (1989) et du Surf Masters de Biarritz (1990), Tom Curren a régné sur les compétitions internationales et françaises durant une douzaine d’années, remportant 33 étapes du CT. Il s’est retiré en 1994, et s’il s’est offert quelques piges à la fin des années 90, il a mis définitivement fin à sa carrière professionnelle en 2002.
Impérial dans les petites vagues comme dans les plus grosses, il parcourt aujourd’hui le monde à la recherche des vagues parfaites, pour des photos et vidéos réalisées par une célèbre marque de surferwear qui l’accompagne depuis ses premières compétition.
Quand il n’est pas sur une planche, l’Américain fait de la musique. Inspiré par les Beatles, les Who et Deep Purple quand il était tout jeune, il avoue avoir un faible pour la musique africaine et le jazz. Sons style ? Le folk. Auteur de trois albums, le quatrième est en cours, Tom Curren se produit souvent sur scène.

LE DOSSIER DE PRESSE DES CHAMPIONNATS DU MONDE

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s