De nouvelles analyses révèlent la présence de substances interdites dans 23 échantillons « A » des Jeux de Londres 2012

Le Comité International Olympique (CIO) a annoncé aujourd’hui que de nouvelles analyses effectuées sur des échantillons « A » de 23 athlètes dans cinq sports et représentant six Comités Nationaux Olympiques (CNO), lesquels avaient concouru aux Jeux Olympiques de Londres 2012, présentaient des résultats anormaux*.

Unknown

En tout, 265 échantillons sélectionnés des Jeux Olympiques de Londres 2012 ont en effet été réanalysés sur la base de la collecte d’informations débutée en août 2015. Le programme de réanalyse est actuellement en cours et davantage de résultats pourraient suivre dans les semaines à venir. 

Pour rappel, la semaine dernière, le CIO avait annoncé que 31 athlètes pourraient ne pas concourir aux Jeux Olympiques de Rio 2016 suite à la nouvelle analyse de 454 échantillons des Jeux Olympiques de Beijing 2008. Dans l’intervalle, un échantillon supplémentaire de Beijing 2008 a présenté des résultats anormaux, résultats que le CIO suivra de près, en coopération avec la Fédération Internationale (FI) concernée. 

Ainsi que l’a déclaré Thomas Bach, président du CIO : « Ces nouvelles analyses témoignent une nouvelle fois de notre détermination à lutter contre le dopage. Nous souhaitons écarter les tricheurs des Jeux Olympiques de Rio de Janeiro. C’est pourquoi nous agissons rapidement. J’ai d’ores et déjà convoqué une commission disciplinaire, laquelle a tout pouvoir pour prendre toutes les décisions au nom du CIO. » 

Ces réanalyses des échantillons de Beijing 2008 et Londres 2012 ont été effectuées en utilisant les méthodes scientifiques les plus récentes. Cette démarche est un exemple parmi d’autres des efforts que le CIO déploie pour protéger les athlètes intègres en écartant les tricheurs des Jeux Olympiques de Rio 2016 et ce, afin de préserver l’intégrité des compétitions. Ces nouvelles analyses font suite au travail débuté en août 2015 de concert avec l’Agence Mondiale Antidopage (AMA) et les FI. Elles sont principalement menées sur les athlètes qui pourraient participer aux Jeux Olympiques de Rio 2016.

Les athlètes, les CNO et les FI concernés ont d’ores et déjà été informés. Les procédures à l’encontre des athlètes peuvent donc commencer. Tous les athlètes ayant enfreint les règles antidopage ne seront pas autorisés à concourir aux Jeux Olympiques de Rio 2016.

Laisser un commentaire