« Eux aussi font le sport français… » Jauffray Dunyach, fondateur et dirigeant de E-Cotiz

Ils sont lobbyiste, DTN, DG d’institution sportive, avocat, chasseur de têtes, DG d’association d’élus locaux, directeur des sports de collectivité territoriale, ou expert du sport business, ils connaissent le sport français, ses enjeux, ses acteurs mais on les entend peu dans les médias. Olbia le blog a souhaité leur donner la parole afin d’en savoir plus sur leur parcours professionnel, leur vision du sport français, les enjeux de leur institution ou de leur entreprise.

Nous poursuivons notre série « Eux aussi font le sport français… » Jauffray Dunyach, fondateur et dirigeant de E-Cotiz (www.e-cotiz.com), première solution de paiement de cotisation en ligne pour les associations, notamment sportives.

E-COTIZ_jdunyach

Pouvez-vous nous parler de votre parcours professionnel ?

Après mon diplôme obtenu à l’ESSEC et une spécialisation en Management du sport, j’ai commencé ma carrière professionnelle chez Havas Sports au planning stratégique. Puis, peu de temps après, j’ai eu la chance d’intégrer le Comité d’Organisation de la Coupe du Monde de rugby en 2007 : Une expérience inoubliable pour un rugbyman que je suis. Ensuite, j’ai effectué de multiples missions de conseil en organisation d’évènements auprès de Fédérations en France et à l’étranger, puis en stratégie de marque pour des annonceurs du sport.

Un jour, on est venu me présenter le projet de développement d’un grand club de rugby à Marseille qui venait d’enregistrer l’arrivée de Jonah Lomu. On m’a proposé de prendre en charge le développement commercial et marketing du club. Le projet était séduisant sur le papier mais cela a très vite tourné au cauchemar pour tout le monde. Il a fallu se reconstruire à la suite de ça et j’en ai profité pour faire un bilan sur tout ce que j’avais pu voir dans ma carrière. C’est comme ça qu’est né E-Cotiz, une synthèse de besoins identifiés chez les différents acteurs du sport.

On imagine que ce sont vos expériences en club qui vous ont donné l’idée de créer E-Cotiz. Est-ce le cas ? Pouvez-vous nous en dire plus ?

Tout à fait, je me souviens en pleine rentrée sportive voir mes bénévoles s’afférer à imprimer dossier d’inscription sur dossier d’inscription, courir après les chèques (65% des paiements des cotisations se font par chèque), les certificats médicaux, les photos puis passer de longues soirées à saisir chaque dossier (il y avait 600 enfants…). A côté de ça, je voyais des parents stressés par l’inscription, que le dossier ne soit pas complet et des enfants, un peu perdus dans tout cette procédure « administrative ».

On en oublie presque qu’il s’agit d’une inscription pour « jouer au ballon ».

Toute cette organisation fastidieuse me paraissait hors du temps alors que nous achetons tout aujourd’hui par internet. Il me semblait intéressant, utile pour le bien de tous, de développer une solution qui puisse permettre de mieux vivre cette période cruciale pour le monde associatif car sans les cotisations, votre association ne vit pas.

Avec E-Cotiz, l’association paramètre son formulaire d’inscription, ses tarifs d’adhésion et peut proposer le paiement en ligne. Pour les parents, ils peuvent donc inscrire leurs enfants 24h/24 7j/7 en téléchargeant la photo, le certificat médical et payer par carte bleue. Une fois payée, l’enfant est inscrit et le club a son fichier de cotisants informatisé avec toutes les pièces nécessaires à la création des licences. Pour ce service, nous prélevons 2,5 % du montant de la cotisation.

Comment êtes-vous accueilli par les dirigeants sportifs avec ces outils facilitateurs ?

Nous avons eu un super accueil de la part des clubs car l’univers associatif fait face à une vraie crise du bénévolat et les dirigeants ont de moins en moins de temps à consacrer à des tâches obscures. Notre vision, notre approche leur a changé la vie.

Il faut savoir que pour un club de 200 membres, les dirigeants consacrent près de 150 heures à la gestion des cotisations (conception, impression, distribution, collecte, saisie, etc…). Avec E-Cotiz, nous divisons par 10 le temps de travail des dirigeants et bénévoles. C’est donc 10 fois plus de temps pour l’accueil des personnes, l’encadrement des enfants, l’organisation de journées de découverte ou d’autres tâches tout aussi importantes. Egalement, nous avons constaté qu’avec le paiement en ligne, nous avons amélioré la trésorerie des clubs qui récupèrent beaucoup plus rapidement leurs paiements et qui donc, peuvent préparer la saison (Commander les maillots, le matériel, etc…) beaucoup plus en amont alors que jusqu’à présent, cela n’était pas envisageable avant la fin du mois d’octobre.

En moins d’un an, ce sont près de 150.000 utilisateurs qui sont passés par E-Cotiz pour adhérer en ligne et nous avons été élus Stratégie Digitale 2014 aux Trophées Sporsora de Marketing Sportif.

Il est largement admis qu’entreprendre en France n’est pas un long fleuve tranquille. Quels sont les principaux freins et obstacles que vous avez rencontrés ? Certains sont-ils spécifique au domaine du sport ?

Il est clair que le contexte économique n’est pas facile et on sent les gens peu enclin à s’engager. Mais comme j’ai pu souvent le lire, l’entreprenariat est la seule aventure encore possible au 21ème siècle ! J’avais la conviction que mon idée, ma vision des choses devait et pouvait servir le monde associatif et sportif. Je me suis donc engagé dans cette voie.

Le monde associatif et sportif est méconnu des investisseurs et donc il a fallu leur démontrer tout le potentiel qu’avait ce marché (15.7 millions de licenciés, 1,3 M d’associations sportives avec une balance positive de 4% par an). Ensuite, il est toujours difficile de trouver le bon partenaire informatique pour créer sa solution comme on l’a imaginé. Cela prend du temps, toujours plus que ce que l’on prévoit et peut vite impacter ton business plan.

Le marché associatif est également vaste et sa base, son noyau dur qui représente 99 % des licenciés, n’est pas toujours facile à atteindre. C’est pourquoi, nous avons fait le choix de travailler avec les Fédérations. En effet, nous estimons qu’E-Cotiz est bénéfique pour le club et pour l’utilisateur et donc ne peut que participer à l’amélioration du développement et l’accessibilité à la pratique sportive : Mission première d’une Fédération.

Mais la difficulté que nous rencontrons est la présentation de notre solution dans certaines Fédérations. Il s’agit d’un sujet très transversal qui implique différentes directions (IT, juridique, Vie des clubs, etc…) et il est donc nécessaire que ce sujet soit porté, coordonné directement par le Président ou le Directeur Général de la Fédération pour être certain qu’il soit mené à bien.

Si demain vous étiez nommé ministre des sports, quelle serait votre première mesure ?

Le sport c’est l’école de la vie et je me rends compte chaque jour tout ce que m’a apporté le rugby même si j’y aussi laissé quelques plumes ! Malgré cela, ce sport a façonné ma personnalité et m’a permis, je pense, d’être arrivé là où je suis aujourd’hui.

Je crois, qu’à l’instar d’autres pays nordistes, je favoriserais la pratique sportive de manière encore plus significative dans les écoles. Le sport vous aide à vous construire, à partager des victoires et des défaites mais aussi à rester en bonne santé. Je le crois primordial dans l’éducation des enfants. Egalement, j’essaierai de rendre encore plus accessible l’ensemble des pratiques sportives. Trop de choix se font encore aujourd’hui en fonction du coût du sport et non pour le bien-être et la passion de l’enfant.

Laisser un commentaire