Crowdfunding : des hypothèses expliquant l’échec du projet de Guillaume Canet

Le 3 juin dernier, l’acteur Guillaume Canet, qui jouait Pierre Durand dans le film portant le nom du célèbre cheval du cavalier champion Olympique en 88 à Séoul, « Jappeloup », lançait un appel aux dons pour qu’Olivier Guillon, vice-champion du monde en 2010, puisse acquérir un cheval et participer aux JO de Rio en 2016.

Ce projet participatif a été déposé sur la plateforme de crowdfunding KIssKissBankBank, vous pourrez le retrouver sur ce lien : http://www.kisskissbankbank.com/un-cheval-pour-olivier-guillon. Il a fait l’objet d’une belle médiatisation avec notamment un article dans L’Equipe du 3 juin dernier.

Les plateformes Internet de crowdfunding (outre KissKissBankBank, il en existe plusieurs généralistes en France, et quelques-unes spécialisées dans le sport comme sponsorise.me de Loïc Yviquel et Gilles Dumas, http://sponsorise.me) offrent un type particulier de financement participatif avec des règles propres : il faut présenter un projet précis aux internautes, afficher un objectif de montant à collecter et atteindre ce montant dans un délai limité (deux mois souvent). Des contreparties (définies par le porteur de projet) sont offertes aux donateurs. Si l’objectif n’est pas atteint une fois le délai atteint, l’ensemble des sommes collectées n’est pas attribué. Si le montant (ou plus) est atteint, la plateforme prélève une commission (de 3 à 5% généralement) sur les collectes de fonds réussies.

La réussite d’un projet de crowdfunding repose sur la capacité des porteurs de projets à monétiser leur communauté, à trouver des contreparties intéressantes, amusantes, originales et à créer un engouement permettant de toucher les amis de ses amis et bien au-delà.
Dans les contreparties du projet « Canet », vous pouvez trouver notamment des balades à cheval avec lui mais également avec Jean Rochefort, Marion Cotillard, Benjamin Castaldi ou Alexia Laroche-Joubert.

3 semaines après le lancement très largement médiatisé par Guillaume Canet, où en est on ?

Tout est terminé, et mal terminé. Sur les 300 000 € espérés, seulement 16 814 € ont été donnés par 328 personnes.
Pourquoi, alors que les délais n’étaient pas expirés, a-t’il été mis fin au projet ?
La réponse (une des réponses, probablement), se trouve dans la rubrique « actualité » du site (http://www.kisskissbankbank.com/fr/projects/un-cheval-pour-olivier-guillon/wall).

Vous pourrez y lire une pleine page de Guillaume Canet expliquant pourquoi il arrêtait là l’aventure. Cela commence ainsi : « Depuis le lancement de cette opération  » Un cheval pour Olivier Guillon », nous avons reçu beaucoup de messages de soutien, d’encouragements et des dons très généreux. Mais nous faisons aussi face à beaucoup de critiques. Des critiques, et réactions violentes, qui viennent en grande partie du milieu équestre »…

Sans remettre en cause toutes ces explications, il est possible d’émettre d’autres hypothèses :

1-Ce projet était porté par Guillaume Canet, pas par celui qui en avait besoin, à savoir Olivier Guillon. Il ne semble pas que cela soit souvent le cas. Par exemple, et en regardant les projets portés par des sportifs, Fanny Bourdon, vététiste voulant participer aux championnats du monde le 29 juin prochain, s’est elle-même investit, et d’ailleurs très bien puisqu’elle a atteint 142 % de son plancher (http://sponsorise.me/detail-projet.html?fanny-bourdon), idem pour Virginie Cueff, qui souhaite participer aux JO de Rio en 2016 en cyclisme sur piste (http://sponsorise.me/detail-projet.html?enpiste-pourio). Il y a quelques semaines, toujours sur sponsorise.me, le hurdleur français Ladji DOUCOURE (champion du monde du 110m haies en 2005) lançait son projet « Retour au premier plan » (et en route pour Rio également) qui lui a permis de lever plus de 8 000 euros (son plancher déclenchant la réussite de l’opération) en 1 seul jour. Au final, le projet a été financé à hauteur de 174% du budget attendu (http://fr.sport.sponsorise.me/doucoure-rio2016/).

2-Les potentiels donateurs ne se sont-ils pas demandés (légitimement) pourquoi ce cavalier avait besoin d’eux alors qu’il était soutenu par des actrices, des acteurs, des présentateurs Tv pouvant participer financièrement à l’opération, et pas seulement donner de leur temps ?

3-Comme indiqué plus haut, il faut savoir monétiser sa communauté. Mais pour cela, il faut avant tout avoir une communauté ! Sur la page Facebook du projet, il y a 1231 mentions « j’aime » (https://www.facebook.com/unchevalpourolivierguillon?fref=ts). Comparons avec un autre projet également ambitieux et porté par une actrice, Mélanie Laurent, « Demain le film » (http://www.kisskissbankbank.com/demain-le-film). En un mois, l’objectif de 200 000 € a été pulvérisé, ils en sont à ce jour à plus de 400 00 € donnés par plus de 9 000 personnes ! Il n’est pas inintéressant d’aller sur leur page Facebook, pour y constater que 13 275 l’ont likée…(https://www.facebook.com/demain.lefilm?fref=ts).

Le sport a tout a gagner à rechercher du financement participatif sur ces plateformes, du plus petit projet au plus ambitieux comme celui d’Europcar sur Sponsirise.me (http://sponsorise.me/detail-projet.html?teameuropcar/). Toutefois, comme pour toute démarche marketing, il faut respecter certains fondamentaux.

3 réflexions sur “Crowdfunding : des hypothèses expliquant l’échec du projet de Guillaume Canet

  1. Monsieur,
    Votre article manque de fond.
    Vous n’avez pas abordé le contexte du milieu hippique actuel dans votre article. J’entends par la que nous sommes dans une periode ou nous avons des cavaliers qui ont 2, ou 3 chevaux de GP ce qui n’a pas toujours ete le cas en France. Donc nous ne sommes pas dans une periode de disette à ce niveau la.
    A cela s’ajoute le mauvais packaging du concept, avec un message flou avec des donateurs, mais aussi de l’argent reversé à une association, ou une prestation en retour de l’investissement. Je pense notamment à la somme de 800 euros qui permettait à une personne de faire une balade avecAlexia Laroche Joubert.Qui a eu cette idée de balade ?
    La position d’Olivier Guillon n’est pas claire non plus. Il est labelisé HDC qui est connu pour fournir des chevaux de qualité à ses cavaliers or le concernant on arrive difficilement à savoir quelle est sa veritable place au sein de cette team. Pourquoi investir pour un cavalier qui peut avoir acces à des chevaux ? Pourquoi investir pour un cavalier qui a déjà connu le haut niveau ? pourquoi investir pour un cavalier qui n’a pas su se renouveler son piquet de chevaux ? ( qualité indispensable pour tout cavalier de haut niveau)
    Guillaume Canet a fait preuve de naiveté en se lancant dans cette aventure, et on ne peut que saluer sa démarche. Cela partait d’un bon sentiment et j’espere que Guillaume se lancera dans d’autres projets equestres. Il est enthousiaste et surement animé d’une energie positive. Olivier Guillon quant à luia démontré ses qualités equestres à plusieurs reprises et nul doute qu’il retrouvera un jour le sentier du haut niveau. L’équipe de France a su profiter de son talent et aura encore besoin de lui dans le futur.

    • monsieur
      je vous remercie de votre commentaire malgré la premier phrase…:-)
      il manque de fond concernant le milieu hippique, a n’en pas douter, nous écrivons justement : « Sans remettre en cause toutes ces explications, », car nous ne connaissons pas aussi bien que des spécialistes comme vous ce milieu et son contexte actuel. Toutefois, ce cas emblématique nous permet de traiter de ce sujet du crowdfunding qui est de plus en plus prégnant dans le sport et d’essayer d’en dégager des enseignements pour les futurs porteurs de projets. Et ne pas connaitre parfaitement le milieu n’invalide pas nécessairement les hypothèses avancées, à mon sens.
      Nous ne revendiquons aucune exhaustivité, ce blog a pour ambition d’essayer d’instaurer des débats autour des sujets du sport français.
      Votre commentaire est donc essentiel pour y participer et nous vous remercions une nouvelle fois.

  2. Bonjour,
    je vous laisse l’initiative de regarder ce projet de crowfunding.
    Cette cavalier a eu un grave accident avec son camion et a perdu 2 chevaux dans ce drame.
    Elle a lancé un appel pour récuperer des fonds pour acheter un camion et poursuivre dans la bonne dynamique qui etait la sienne cette année.. A suivre
    http://www.mariedemonte.com/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s