14 élus qui vont changer le sport français en 2014 – N°9. Georges Frêche : qui seront les futurs maires « bâtisseurs » du sport français ?

On dit souvent que les hommes et femmes politiques français se préoccupent peu du sport. Certains d’entre eux jouent pourtant un rôle fondamental dans son développement et son financement. Et parfois sans même que le monde du sport s’en rende compte ! Pour débuter l’année 2014, Olbia – Le blog vous présente donc 14 élus politiques, locaux et nationaux, de gauche et de droite, qui devraient marquer le sport français durant les prochains mois.

Georges Frêche, ancien Maire de Montpellier, ancien Président de Montpellier Agglomération, ancien Président de la Région Languedoc-Roussillon

Ce qui va se passer en 2014. Evidemment, il peut paraître absurde de désigner un homme décédé en 2010 comme l’une des personnalités politiques de l’année à venir. Mais c’est justement parce que le sport français n’a pas encore trouvé un successeur de la dimension de Georges Frêche que celui-ci reste une figure incontournable. Fantasque, provocateur, controversé (très controversé même), l’ancien Maire socialiste de Montpellier a révolutionné la manière de conduire une politique sportive municipale. Elu en 1977 à la tête d’une ville souffrant d’une faible attractivité économique, il a fait du sport un vecteur privilégié de croissance et de promotion de son territoire. Il s’est donné les moyens d’une action ambitieuse en transférant les compétences sportives de la Mairie à la Communauté d’agglomération, afin de disposer de ressources publiques supplémentaires, et en s’appuyant sur de grands chefs d’entreprise souvent aussi iconoclastes que lui (Louis Nicollin, Mohed Altrad). En 30 ans, il a multiplié les équipements (petits et grands) et événements sportifs (Coupe du monde de football 1998, Coupe du monde de rugby 2007, FISE…), et a transformé Montpellier en capitale du sport français grâce au succès de ses clubs professionnels (handball, football, rugby). Depuis la mort du « Président », cette politique a cependant perdu de sa superbe et les héritiers se déchirent. Hélène Mandroux, Maire contestée de Montpellier depuis 2004, a jeté l’éponge tandis que Jean-Pierre Moure, Président de la Communauté d’agglomération, part favori pour lui succéder. Les élections municipales de mars 2014 donneront-elles un nouvel élan à la politique sportive de la métropole languedocienne ? Et plus largement, au-delà de Montpellier, feront-elles émerger dans d’autres villes de nouveaux maires « bâtisseurs » à l’instar de ce que fut Georges Frêche ?

Quel enjeu pour le sport français ? Les élus locaux français ne se désintéressent pas du sport. Les villes et agglomérations représentent l’essentiel des 11 milliards d’euros d’argent public dépensés chaque année dans le sport français. L’effort est particulièrement appuyé dans les grandes villes (équipements de proximité, soutien aux clubs professionnels, stades Euro 2016…). Mais il manque des maires et présidents d’agglomération réellement visionnaires, capables de concevoir à long terme l’avenir de leur ville et de mettre le sport au centre de celui-ci (aménagement urbain, animation territoriale, développement économique, rayonnement national et international, synergies avec l’éducation, la santé, le tourisme ou la culture…). Christian Estrosi, élu en 2008 à Nice, est probablement aujourd’hui celui qui se distingue le plus dans cette voie (politique d’accès aux licences, construction de l’Allianz Riviera, soutien à l’Olympic Nice natation, organisation des Jeux de la francophonie 2013…). Reste à voir désormais s’il maintiendra cet effort lors d’un deuxième mandat. Le sport français aurait bien besoin de nouveaux Georges Frêche !

Laisser un commentaire