14 élus qui vont changer le sport français en 2014 – N°14. Robert Cadalbert : un vélodrome olympique pour la France

On dit souvent que les hommes et femmes politiques français se préoccupent peu du sport. Certains d’entre eux jouent pourtant un rôle fondamental dans son développement et son financement. Et parfois sans même que le monde du sport s’en rende compte ! Pour débuter l’année 2014, Olbia – Le blog vous présente donc 14 élus politiques, locaux et nationaux, de gauche et de droite, qui devraient marquer le sport français durant les prochains mois.

Robert Cadalbert, Président de la Communauté d’agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines

Ce qui va se passer en 2014. Le 30 janvier prochain, la Communauté d’agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines deviendra la capitale du cyclisme français. Le Centre national du cyclisme, avec son vélodrome de classe mondiale et sa piste couverte de BMX, y ouvrira officiellement ses portes. L’événement récompensera un travail de longue haleine conduit par la Fédération française de cyclisme (qui y installera son siège) et son président David Lappartient. Mais la réalisation du Centre national doit aussi beaucoup à la vision et au savoir-faire de Robert Cadalbert, le président de la Communauté d’agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines. Cet élu socialiste a compris très tôt que ce grand équipement sportif serait un atout de poids pour le développement de son agglomération. Depuis 2005, il s’est donc battu sans relâche pour faire avancer un dossier financièrement compliqué (le coût total est proche de 75 M€). Il a obtenu le soutien de l’Etat et de la Région, secoué les inerties politiques locales (une partie de sa majorité était contre le projet) et compensé le retrait partiel de certains partenaires (Conseil général des Yvelines). Il a montré par là-même qu’il n’existe pas de « grand » équipement sportif sans un élu capable de porter le dossier au niveau local et de l’intégrer dans un projet de territoire.

Quel enjeu pour le sport français ? L’ouverture du vélodrome de Saint-Quentin-en-Yvelines n’est pas sans intérêt dans l’optique d’une éventuelle candidature parisienne aux JO. Le Comité international olympique regarde en effet avec attention les progrès réalisés d’une candidature à l’autre. En 2005, la France s’était engagée à construire quatre équipements olympiques (vélodrome, centre aquatique, base nautique, stand de tir) à la suite de l’échec de Paris 2012. Il aura fallu neuf ans pour que le premier d’entre eux voit le jour, mais le signal est malgré tout positif. En attendant la finalisation de la base nautique de Vaires-sur-Marne (prévue en 2015) et la relance du projet de grande piscine olympique (initialement localisé à Aubervilliers)…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s