Une ou deux leçons du catch américain

L’Equipe consacre aujourd’hui une pleine page au modèle économique de la WWE, la plus grande entreprise de catch au monde (359 millions d’euros de chiffre d’affaires annuel quand même). Une analyse décomplexée et sans a priori, qui devrait faire réfléchir un tant soit peu le sport pro français, notamment cet extrait de l’interview de Boris Helleu, maître de conférences à l’université de Caen.

De quoi pourrait s’inspirer le sport français dans l’approche marketing de la WWE ? De beaucoup de choses ! L’utilisation des outils numériques, le relationnel avec les fans mais peut-être surtout ce qui se passe le jour des shows. Lorsque le football français en est encore à du marketing transactionnel, la WWE en est déjà au marketing expérientiel. Elle se demande ce que son fan peut faire avant, pendant et après le show pour générer une expérience inoubliable. À un spectacle de la WWE, le fan est en immersion, avec un décor, une intrigue, des émotions. Finalement, le public du catch est très intelligent, car il joue le jeu à fond et n’a pas tué l’enfant qui est en lui. Le véritable Théâtre des rêves n’est pas à Old Trafford, c’est la WWE !

Laisser un commentaire